2014-04-07

Un après-midi dans les Pays Basques

Petite incursion dans la région des Pays Basques, dont la frontière se situe à quelques kilomètres seulement de Castro Urdiales. Superbe route qui longe l'Atlantique et reliée par plusieurs charmants petits villages, presque désertés en milieu de semaine.
Les panneaux de signalisation en langue basque pourraient nous laisser croire qu'on entre en pays étranger, à l'inverse du catalan qui semble être un mélange de français et d'espagnol, le basque (qui me fait penser au turc) est une langue unique en Europe parce qu'on ne lui connait aucune relation avec une autre langue vivante existante.





Après Bermeo et Lekeitio, le village de Mundaka fut notre coup de coeur. Chaudement recommandé par notre professeur Javier (dont le nom de famille est... Mundaka), l'endroit aurait mérité de s'y arrêter plus longuement. Le genre de village bucolique où on pourrait s'éterniser en sirotant un petit vino blanco bien frais et en regardant la marée monter et descendre...





2014-04-06

Un Séjour à Castro Urdiales

Contrairement à mes attentes, la province de Cantabria, tout au nord de l'Espagne fut généralement chaude et ensoleillée. J'avais peur de retrouver si loin au nord la même mauvaise température, le même froid et l'humidité qui avaient caractérisés notre mois de février à Séville... à cette période de l'année, tout est possible, mais on a été une fois de plus vraiment chanceux...
 Anne s'est découvert un talent pour trouver des petits appartements tous meublés pas chers sur le site AirBnB et le plus intéressant fut celui de Castro Urdiales, petite ville portuaire située à 15 minutes de route de Bilbao, et qui sera notre centre de gravité pour les plusieurs jours suivants.
 Dès notre premier jour ici, on sentait l'attrait presque magnétique de l'océan Atlantique, marcher sur la plage et longer la côte rocheuse, respirer l'air frais et apprécier l'absence de bruit et de foule, un gros "clash" par rapport à Séville qui fait vraiment du bien... 






 Le hors-saison se fait bien sentir, la vieille ville est presque vide en semaine, les cafés ferment tôt par manque de clients et la plage est fréquentée uniquement par les locaux et leurs petits chiens... 
Les fins de semaines par contre, c'est tout l'inverse: comme à Séville, les gens se mettent sur leur 36 et envahissent les bars et la place centrale. Et quand il y a un match de soccer important, impossible de trouver un resto tranquille qui ne présente pas le match sur une grosse tv... 
À notre dernière soirée à Castro, on a finalement mis de côté le rêve de trouver un bon resto tranquille nous avons préféré se faire une bonne bouffe à la maison, dans le calme!





2014-04-03

Escale à Salamanca

 L'après-Séville ouvrait la porte à une foule d'options de destinations.
 Les images de la côte Atlantique nord, du pays Basque et de Cantabria, nous attiraient suffisamment pour décider de se louer une voiture et partir y passer une dizaine de jours, traversant ainsi l'Espagne du nord au sud. 
 Nous avions peu de temps pour nous arrêter en chemin puisque le logement de Castro Urdiales, dans Cantabria, nous attendait pour le lendemain soir, mais nous avons quand même pris le temps de faire escale à Salamanca pour la nuit.
  Plusieurs monuments et institutions d'importance, dont la plus ancienne université d'Europe (fondée en 1134), sont faits de pierres de couleur orangée qui donnent à Salamanca le surnom de "La Dorada" (The Golden city)... Le vieux quartier, spécialement la nuit par temps pluvieux, donne l'impression d'être figée dans le Moyen-Âge.








On poursuit notre route vers le nord, le lendemain matin, traversant les immenses plaines de la région Castile y Leon... absence d'horizon qui me donne le goût de marcher! Justement, on y croise la portion espagnole du sentier de Compostelle...


2014-04-01

Derniers jours à Séville...


On avait un peu perdu la notion du temps et ça a été un choc de faire face à l’évidence que nos 8 semaines de classes d’espagnol touchaient à leur fin.
On peut dire que la première partie de notre aventure s’est terminée et qu’on est “officiellement” en vacances! 
Les nombreux professeurs de Enforex se sont succédés hier pour venir nous faire leurs adieux. On a été très touchés de cette réaction. Il semble que l’affection que l’on porte à tous les professeurs soit réciproque et ça nous a beaucoup touché. On restera en contact avec certains d’entre eux, dont Javier, qui aimerait beaucoup venir nous visiter à Québec dans les prochaines années, et qui nous a fait quelques bonnes recommandations pour notre séjour à venir sur la côte nord espagnole.
Ça a été une belle expérience de se retrouver à nouveau sur les bancs d’école (pour moi, ça faisait quand même un méchant bout!) et revivre les excitations et angoisses des premiers jours à l’école primaire. 
Je pense qu’on a fait un bon de géant dans nos connaissances de la langue, je me souviens encore du jour 1 où j’avais toutes les misères du monde à mettre deux mots bout à bout… on peut maintenant, à notre dernière journée, arriver à s'exprimer (pas toujours clairement, ça peut prendre du temps, mais je sens qu’on commence à avoir les outis en main...)
Le plus difficile reste d’arriver à “comprendre” les gens quand ils parlent. Comme c’est le cas pour toutes les langues, ceux qui la parlent bien mâchent leurs mots, n’articulent pas toujours et semblent oublier quelques syllabes (On fait la même chose en “québécois”).
De plus, le fait de parler français entre Anne et moi nous sortait un peu trop souvent de notre immersion. Ça nous est arrivé quelques fois de discuter ensemble en espagnol, mais on aurait pu le faire plus souvent… 
Dans les derniers jours, je crois qu’on s’est senti un peu débordés par la quantité de connaissances et de notions grammaticales reçues… apprendre un nouveau temps de conjugaison sans maitriser le précédent était difficile et je crois que si c’était à refaire, on ajouterait une semaine de conversation après chaque 2 semaines de théorie, question de mettre les connaissances acquises à l'épreuve... 
 Et justement, quoi de mieux pour tester nos connaissances qu’une autre soirée avec nos amis Juan et Pepa, qui nous ont chaleureusement invités dans leur maison de Dos Hermanas, située en banlieue de Séville… une soirée un peu surréaliste où plusieurs de leurs amis se sont ajoutés pour venir boire, chanter et danser le “Sevillana” jusqu’aux petites heures… 




2014-03-25

Los amigos!

Chaque nouvelle semaine de classe (ou presque) nous amène un nouveau lot de collègues... certains seront à Séville pour plusieurs semaines (comme nous), et d'autres font un passage rapide pour rafraichir leurs connaissances en espagnol. (Plusieurs européens passent leur semaine de relâche en immersion).
Certains étudiants, comme les américains Chris et Emma, sont plus rassembleurs que d'autres et suggèrent quotidiennement des nouveaux restaurants et activités, question d'optimiser leur séjour ici. Le iphone à la main, ils étudient les blogs et forums de voyage pour connaitre "la" meilleure place... et ils nous en font profiter pleinement!


Israël, Pays-Bas, Australie, USA et Canada... un mini-ONU à l'assault du prochain resto. 


 Au Sommet du "Metropol Parasol", juste avant le coucher du soleil...


Belle soirée en compagnie de Juan et Pepa (des connaissances de mes amis Phil et Linda, de Québec)... deux charmants Sévillois "pure-laine" qui ont patiemment mis à l'épreuve nos connaissances en espagnol... Mission réussie: après plusieurs heures à placoter autour de tapas, de vino et (plus tard) de Mojitos, on devrait se revoir le weekend prochain... 

  

Au Metropol Parasol, dominant Séville... 
(Et exhibant fièrement mon nouveau look estival, je suis prêt pour les grandes chaleurs... )

2014-03-18

Un weekend à Cadiz

Un autre weekend à l'extérieur, et cette fois-ci, tout près de l'océan... sous les 25 degrés, on oublie rapidement que c'est toujours le mois de mars, surtout quand on se met les fesses dans le sable chaud et les pieds dans l'eau (même glaciale) de l'Atlantique... (une pensée pour Québec qui achève un mois de mars merdique)
On avait repoussé notre passage à Cadiz à cause du "Carnaval" qui envahit ses rues chaque année au début mars. On cherche non seulement à éviter les foules, mais aussi les tarifs hôteliers exhorbitants en temps de festivités... Bon prix pour l'hôtel ce weekend, mais la vieille ville était totalement survoltée dimanche après-midi, comme si les habitants voulaient étirer le plaisir un 3e weekend d'affilée, en se déguisant à nouveau et en bloquant les rues par petits groupes de chanteurs et danseurs... 
S'il y a une crise économique en Espagne, les espagnols cachent bien leur désespoir, ici comme à Séville, les restaurants et bars débordent, ça boit, ça mange et ça chante pour bien enterrer la déprime.






La Playa Caleta a servi de décor pour un des films de James Bond ("Die another Day")... on se souviendra de la scène d'anthologie où Halle Berry sortait de l'eau en bikini...




Mémorable aventure culinaire à la Candela, où l'on sert des "brochettes de thon" dans une sorte de tempura épicé... miam.


"L'autre côté" de la vieille ville... à l'extérieur des portes de la Citadelle, une zone qu'on a découvert avant de rembarquer dans le train pour Séville... Une plage beaucoup plus grande, bordée d'hôtels de luxe, et prise d'assault en cette fin de semaine exceptionnelle... là, je commence à me sentir vraiment en vacances!

2014-03-13

Un weekend à Cordoba

Une ville que nous devions visiter il y a quelques semaines, mais que mon zona a eu l'audace de faire oublier l'espace de plusieurs jours... (update: tout va bien maintenant!) 
On lui a bien fait honneur le weekend dernier, en choisissant un charmant guest house en plein coeur du vieux quartier juif (Juderia) et à deux pas de la fameuse cathédrale Mezquita, chef d'oeuvre de cette époque lointaine où l'Andalousie était musulmane. Les 500 années qui ont suivi ont permis aux catholiques d'y ajouter leur propre touche personnelle: un clocher au lieu du minaret d'origine et plusieurs articles réjouissants, qu'on retrouve dans toutes nos bonnes vieilles églises: des Jésus qui ont mal et des Maries qui pleurent (entourés, bien sûr, de nombreux chérubins tout-nus)... bref, des cossins qui font à peine de l'ombre aux explosions de couleurs, de formes et de motifs typiques de l'art musulman.







Le Guadalquivir, la même rivière qui traverse Séville, est étonnamment mouvementée et brunâtre à Cordoba. Résultat probable des récentes semaines intenses de pluie... La forte chaleur me donnait quand même le goût de me jeter dedans, ça devait pas être pire que notre fleuve St-Laurent...





La ville fut pendant plusieurs centaines d'années, la capitale de l'Espagne musulmane et les rois catholiques qui se succèdèrent après la chûte du califat y gardèrent longtemps un pied, même après avoir perdu son statut d'important centre financier et administratif au profit de Séville. (C'est dans le Palace "Alcazar de los Reyes Cristianos" que le Roi Ferdinand II rencontra Christophe Colomb en 1492, juste avant sa célèbre petite sortie en mer)





Ci-haut et ci-bas, le hall d'entrée et la terrasse sur le toit de notre hôtel... 




Côté gastronomie, on s'est bien gâté, en essayant pas mal toutes les spécialités locales au menu, dont le Rabo de Toro (ou queue de taureau servie dans une sauce qui rappelle celle du boeuf bourguignon), ainsi que les Caracoles (escargots), offerts dans quelques casse-croûtes spécialisés, et servis chauds dans un verre, après avoir cuit dans un bouillon au curry... pas mal du tout! (...mais pas tous les weekends!)



La fin de semaine prochaine: Cadiz et le bord de mer!!